Nawakim - Forum Officiel

Forum Officiel des archipels de Nawakim
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le vent se lève...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Le vent se lève...   Ven 30 Jan - 0:52

Une froide fin d’après midi semblait s’étirer interminablement dans la vallée. Les collines proches, étendaient doucement leurs ombres sur les tentes alignées par centaines à l’abri des regards étrangers.
De nombreuses silhouettes, tantôt massives, tantôt fluettes, couraient à de mystérieuses tâches d’un bout à l’autre du colossal bivouac. A une extrémité de celui-ci, on s’affairait à démonter les tentes les unes après les autres. On voyait les abris de campagnes disparaitre lentement mais inexorablement, comme si un cancer grignotait la vaste étendue de toiles grises. S’écoulant hors de la vallée, de lourds chariots disparaissaient en étroites files dans un concert de beuglements et de cris.

Prés de la tente de l’état-major, plantées en arc de cercle, de nombreuses bannières flottaient mollement accrochées à leur hampe. Les oriflammes des différentes tribus étaient abaissées au fur et à mesure que leur Boss se mettait en marche avec leurs guerriers.
Plusieurs officiers orcs regardaient d’un œil distrait un gobelin affalant la bannière de la tribu des Zéklat’tronch’ tandis que les troupeaux indisciplinés de ses guerriers peaux vertes passaient sous celle-ci en chahutant.

L’évacuation du domaine avait débuté au petit matin. Ces terres avaient accueilli une partie des tribus de la Waaagh durant les mois d’hiver. Maintenant il était temps pour tous de se remettre en marche.
Un officier de la louverie grimaça en regardant les trop nombreuses bannières restant encore à amener. Ses compagnies de wargs devaient partir en dernier, mais à ce rythme là, il ne se mettrait pas en marche avant l’aube.
Il ne put s’empêcher de cracher et de jurer :
- Puteborgne. ‘Ncore ces avortons de gob qui nous ralentiss’. Tout just’ bons à finir dans eul gamell’ d’mes loups…
Skisnarch, l’officier en second de la Waaagh se tourna vers lui.
- Et c’est tes ch’vaucheurs qui s’taperaient l’intendanss’, Krasgull ? J’vois bien tes gars s’occupationner à charger une chariott’ tiens…. Sont déjà pas fichu d’charger un régiment d’elfouses !!!
Des rires éclatèrent parmi les officiers présents.
Le Boss Krasgull cracha de nouveau par terre et grommela un truc entre ses dents.

Un autre officier au visage couturé sortit un flacon de son plastron de bronze. Il l’ouvrit avec un petit « plop ! » avant d’en avaler une bruyante gorgée. Il leva son flacon en s’adressant à tous.
- Kunkun qui veut un peu de gnol’karach’ ??
Le Boss Kranenbronz’ sembla intéressé.
- Ça dépend ! C’est celle que tu files à tes ‘sclaves nains pour qui d’viennent n’aveug’ ?
Le balafré haussa les épaules.
- Ben ouais !
Kranenbronz’ tendis la main.
- Ok super, envoies alors.
Skisnarch intercepta la fiole. – Bouclez la vous zautr’. IL arrive !

Une escouade de chevaucheurs de sangliers s’approchait à vive allure. Chacun des cavaliers, excepté celui de tête, portait haut une bannière rouge à damier noir arborant un crâne orc rouge sang.
Les couleurs du Plusbosskelézautr’ le Boss incontesté de la fédération des tribus orques.
Wogard en tête, la troupe filait sans ralentir ni dévier de sa trajectoire. Ses armoiries étaient connues de tous, et nul n’envisageait sérieusement de rester à proximité de la course du Boss et de sa garde prétorienne.

Les officiers de son état-major redressèrent leur allure tandis que le chef de la Waaagh sautait à bas de Groindacier, son sanglier. Une créature aussi vicieuse qu’énorme, avec un cuir plus épais qu’une porte de chêne.
Lentement, à pas lourds et ferrés, Wogard s’avança devant le groupe de chefs orcs.
La clameur, s’élevant du bivouac sans discontinuer depuis le matin, sembla s’atténuer alors que le Plusbosskelézautr’ jaugeait ses Boss du regard.
Ils étaient nombreux, chefs de hordes, responsables d’intendance, vétérans balafrés, maîtres de meute, officiers de groupes, instructeurs. Tous affichaient une attitude soumise devant leur Boss.

- J’arriv’ à l’instant d’chez l’Boss Farok et j’peux vous dire qu’ses gars on meilleur’ gueule que vous zautr’. C’est quoi ces tronch’ qu’vous tirez ? On part à la baston, par Bigmandall’ ! Souriez !
L’atmosphère se détendit aussitôt.
Skisnarch arborait un sourire si chaleureux que Wogard ne put s’empêcher de lui donner une accolade. Pas très protocolaire, mais cette longue absence du Boss justifiait ce débordement d’affection.
- Alors crân’ de hobbit. T’as tout géré aux p’tits oignons à’s’que j’vois.
- Ouais Boss, mais j’ai fait qu’suivr’ vos ordres.
Wogard posa une tape amicale sur l’épaule de son adjoint et il sourit à son tour.
- Ouais, mais personn’ suis mes ordres aussi bien qu’toi…
S’avisant de considérer les autres Boss de son état major, Wogard les salua les uns après les autres…
Skisnarch en profita pour examiner son chef, absent depuis deux mois pour un vaste périple diplomatique dans les archipels de Nawakim.

Il le découvrit plus usé, plus las. Il en imposait toujours, autant par son charisme que par son autorité naturelle, mais il le sentait plus abattu par les responsabilités passées et les tâches à venir.
Il était rare que la vie rude et violente d’un orc s’éternise si tard. Mais Wogard était un pur produit issu de l’imagination enfiévrée des dieux. Une de ces légendes qui n’existe que parce qu’il est besoin qu’elle existe, en un endroit donné et à un moment donné.
En moins d’une vie, Wogard avait réussi, l’exploit inégalé d’unifier un très grand nombre de tribus orques sous sa bannière et de les mener une première fois au combat en s’appuyant sur un idéal culturel et nationaliste. Aucune guilde de cette importance n’avait réussi à maintenir une exclusivité raciale comme il l’avait fait.

Seulement des orcs, pour défendre les intérêts des orcs seuls.

Une page d’histoire avait été écrite par ce Boss vieillissant, et il s’apprêtait à remettre le couvert. Comme ça, parce que c’était là son destin.

Les dieux sont connus pour se lasser rapidement de leurs divertissements. Il fallait agir rapidement avant que leur intérêt ne se porte ailleurs, sur un cataclysme, un jeune héros ou un nouveau monde…
Le temps justement, Wogard, encore robuste mais déjà déclinant, n’en avait plus trop devant lui.
Skisnarch eut confirmation de cette sale impression lorsqu’il se rendit compte que les autres boss lui témoignaient du respect pour son âge, plus que pour ses muscles.
Tous riaient avec leur Boss en se donnant de grandes claques dans le dos et en se félicitant de repartir à la baston.

Combien de temps avant que tout ces orgueilleux bagarreurs ne veuillent tenter leur chance ? Combien de temps avant que l’un d’eux ne s’imagine pourvoir le terrasser pour prendre sa place ?
Pas beaucoup sans doute…
Il en allait ainsi de la succession hiérarchique chez les peaux vertes.
Le plus gros et le plus fort commandait aux autres.
Parce que chez les orcs, seuls comptaient la force, l’intimidation et les baffes. Rien d’autre.
Mais maintenant, pour Wogard, il s’avérait que le temps comptait bien plus.

Skisnarch sortit de ses réflexions lorsqu’il vit que les membres de l’état-major se dispersaient et que le Plusbosskelézautr’ revenait vers lui.
- ‘Tain Boss ça fait plaisir d’vous revoir.
- Ouaip, pas fâché d’êtr’ là aussi fiston. Marre des salamalékoum diplomatik’. Ya pas à dire la baston c’est qu’est s’qui ya de mieux.
- Zavez l’air … en forme, Boss.
- Tu t’fous d’moi ? Chuis plus nerveux qu’une pucell’ qui se prépar’ pour la saillie. Retourner là bas, c’est comm’… c’est comm’ choper les dieux par l’colback et leur dir’ d’aller s’faire f…
- Message urgent pour le Boss ! Message urgent pour le Boss !
La voix venait d’un messager hors d’haleine, zigzaguant entre les tentes et tenant bien haut un tube de cuir fermé par une boucle d’acier.
Wogard réceptionna le messager et le message. Ce débarrassant du premier, il ouvrit le second.
Skisnarch nota que son Boss devait forcer ses yeux pour lire.
- Alors Boss ? Bonnes nouvelles ???
- Mhhhh ? Chais pas… Ce vieux crouton d’chaman m’fait dire qu’il nous rejoint sur Takim.
Skisnarch resta étonné.
- Tafokss, le chaman ??? Mais il quitte jamais sa hutt’ Boss !
- Ouais, p’t’être bien qu’il s’est décidé à nous mettre les dieux d’not’coté, fiston…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Ven 30 Jan - 19:49

Le voyage avait été bref.
A peine quelques nuits passées sur une mer calme. Les puissantes galères louées par la Waaagh achevaient de débarquer les derniers contingents sur les plages de Takim.
Depuis des heures, Wogard ne se lassait pas du spectacle.
Il se tenait sur une dune, immobile, le regard enfiévré, s’émerveillant de voir en action la machine logistique des peaux vertes.
Plus tôt dans la matinée, il avait tenu à débarquer avant tout le monde. Il voulait être le premier Boss de la Waaagh à enfoncer ses lourdes bottes ferrées dans le sable humide des plages de l’Orclandiish.

Enfin, pensa-t-il, enfin, me revoilà chez nous.
Mes pères vous serez de nouveaux honorés sur vos tombes, et par vos enfants.
Gloire au Triorc et WAAAGH !


- C’est ‘achtement beau, hein, Boss ?
Skisnarch venait retrouver son chef, après avoir réglé quelques ordres.
Wogard se retourna en souriant.
- P’tain je veux qu’c’est beau. Et c’est que d’all’ en comparaison d’la suitt’.
- Ben la suit’ … c’est pour dans pas longtemps, Boss.

Wogard rajusta son casque et resserra les sangles de son plastron.
- J'sais bien. Et ben, z’y va alors fiston…

Les deux compagnons descendirent la dune en bas de laquelle attendait la garde rapprochée de Wogard.
Le Plusbosskelézautr’ attrapa son sanglier et sans lui laisser le temps de le mordre, il l’enjamba et se cala sur la selle. De frustration, Groindacier, sa détestable monture, grogna et tenta de mordre un chevaucheur à proximité.
- Sal’té de bestioll’. ‘ncore plus vicieux qu’un nain bourré…
Skisnarch venait de monter sur Ungalah sa louve des steppes du nord. D’un ordre bref, il la fit s’approcher à distance raisonnable du sanglier teigneux.
- Toujours aussi amical votr’ cochon, hein , Boss ?
- Finira bien en civet, un jour c’te engeance… Bon, fiston, la baston c’est où ?

Tirant sur la bride de sa louve, le second de la Waaagh lui fit effectuer presque un demi-tour complet.
- C’est par là Boss, plein Est.
En quelques secondes, la troupe montée, fila vers la frontière Nord Est de l’Orclandiish.

Peu de temps après, Wogard et son état major dominaient une vaste plaine où s’alignaient à perte de vue des gobelins, des orcs, des trolls, des wargs, des sangliers et des loups.
Un Officier s’approcha derrière Skisnarch et lui annonça les premières échauffourées.
Tous sourirent, la baston commençait, et plus que tout au monde, chacun des Boss présent ici souhaitaient être au cœur de l’action.
Le Plusbosskelézautr’ se tourna vers ses chefs de guerre.
- J’irais bien dérouiller ma hach’ sur les zombies d’cette princess’ d’la nuit. Comment qu’ell’ s’appell déjà ?
- Alumess, Boss. Une sorcièress’ nécromantik’
- Ouais c’est ça. Alumech’. Ya des volontair’ pour lui faire une gross surpriz’ ?

Tous les visages bardés de cuir et de fer, en face de lui, s’allumèrent comme par enchantement.
- OK Gurdall’, Boitenfer’, Urgoll’ et Kusdard, vous restez ici. Z’occupez des communicationnements et d’installer le bivouac. Skisnarch, t’occup’ de prendre contact avec Tof et Kalhor, veux connaitr’ leur progression. Et Undarteker aussi, pas eu de nouvell’ d’la journée. Les zautr’ avec moi… On va honorer Bigmandall’…
Tel des gamins sortant en récréation, Wogard et ses boss dévalèrent la colline pour se placer à la tête de leur unités.

Déjà les bruits, témoignant des premiers engagements avec l’ennemi, se faisait entendre sur la ligne de front.
A la tête de 5 000 chevaucheurs de sangliers, Wogard avait le cerveau en feu.
Il galopait comme un dément, faisant tournoyer sa hache au dessus de son imposant casque à cornes.
Il reprenait avec ferveur, chacun des « Waaaaaagh !! » que lui lâchaient avec enthousiasme les guerriers peaux-vertes qu’il dépassait.
Son unité achevait de contourner, à grande vitesse, l’aile Ouest du dispositif de bataille de la Waaagh.

Au loin il lui sembla voir les premières lignes ennemies. Lui et ses bourrins seraient sur eux dans deux minutes, trois tout au plus.

Ça y est, les premiers sifflements.
Projectiles d’os empênés, glissant dans les airs.
Pong, pong ! Choc sur les armures.
Cris de fureur d’un sanglier s’effondrant en pleine course.
Trajectoires de fumées dans le ciel. Les catapultes à cranes de feu.
Une explosion sur sa droite, emportant dans les airs montures et chevaucheurs.
Encore quelques dizaines de mètres...
On y est…
Wogard, serra les cuisses sur sa monture, leva sa hache à deux mains et hurla, à nouveau, « WAAAAAAAAGHHHHH…. ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silk

avatar

Nombre de messages : 746
Date d'inscription : 27/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Ven 30 Jan - 19:57

Silk rentrait tranquillou, sur son canard bouée descendant le fleuve rouge, qui brassait une eau trouble, plutôt verdâtre...

Etait-ce un signe?

Un relent de putréfaction le fit se tourner en direction de la rive.
Il agita une palme, autre nom de la rame magique qu'il utilisait, et dirigea son bel esquif, vers la rive.

Il entenfit des cris.."waaaaagh"...

Non..songea-t-il...encore des orcs..il écarta des branchages et regarda...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
backmorda

avatar

Nombre de messages : 145
Date d'inscription : 07/10/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Débraquement du Boss Backmorda   Sam 31 Jan - 5:30

WAAAAAAAAGHHHHH….

Par un soir d'hiver, dans le sud-est de Takim, des légions d'orcs commencèrent à affluer de partout.
D'abord Wogard, Chef incontesté qui appèle aux rassemblement des Orcs pour la libération de l'orclandish ! Nous sommes de retour criait-il !

Arrivé de nuit, quelque heures après sur la terre promise de Takim, les légions de Backmorda commencère à rebatir un chateau et un domaine sur ces terres déjà foulée par le passé. Ma première et mon unique patrie ! S'écria Backmorda lors de son débarquement. Non pas que le séjour sur Nakim lui eu déplu, mais Il resta très attaché au Territoire des orcs.

Les légions orcs de Backmorda était impatient de se battre, et le dernier message en provenance du chef était clair.
Foncé dans le tas, Valfe en priorité. Assurer vos arrières et montrer votre détermination à libéré le Territoire.

Il se fait tard et nous devons agir. Lancé l'assaut au plus vite.

Le message a nos ennemis est : 'Fuez devant la furie des Orcs ! Bigmandall' est avec nous !

WAAAAAAAAGHHHHH….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
backmorda

avatar

Nombre de messages : 145
Date d'inscription : 07/10/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Batailles   Sam 31 Jan - 17:14

-Quel sont les nouvelle de la nuit Boss ?
-Les armées de Valfe ont été vaincue. Nous avons essuyer quelques perte, principalement de la cavalerie, mais notre armée à le moral.
-Bien, dans ca cas occuper vous du seignuer Titail.
-Les troupes sont en route Boss.
-Très bien, tennez moi au courrant rapidement. Et envoyer des messagers à tous nos amis de la régions pour faire conna'itre notre arrivée. Des nouvelles des renforts ?
-Le Boss Undarteker est arrivé. Il ont monter leur campement plus au nord qu'il ne l'était prévu initialement.
-Ah Undar, Il en fait toujours qu'a ca tête celui là. Et les autres ?
-Ils arrivent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
undarteker

avatar

Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 15/07/2008

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Sam 31 Jan - 21:16

le seigneur undarteker avez pris place dans sont nouveau domaine son réel pays le pays de la nation orc

-retour au pays.se dit undarteker
-boss!boss!!! cria un messager
-qui a t'i.retorqua undarteker
-le seigneur backmorda vous informe qu'il vient de detruire l'armée de valfe.
un sourire du coin de la bouche s'affiché sur le visage du boss-orc
-trés bien,alors en route!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amireth

avatar

Nombre de messages : 513
Age : 23
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Dim 1 Fév - 10:45

Autrefois, Amireth avait été attaqué par les orcs. Attaque foudroyante, innatendue, mortelle ...

Les orcs revendiquaient l'orclandiish, et Amireth plus quelques zanarkandiens se trouvaient sur ce territoire. Des alliés étaient venus, arkun avait été chef de guerre, et grâce aux efforts de dame gizaos, les approvisionnement étaient arrivés en masse ...

Au bout de quelques temps, après avoir ravagé de nombreuses parcelles de terres, après avoir tué des milliers et des milliers d'hommes, les orcs avaient commencés a faiblir. Moins bien approvisionnés, moins d'alliés sur le front, les êtres verts avaient pris la fuite. Il avaient perdus, après avoir fais trembler tout Nawakim ... malgré le fait qu'il avait été attaqué, Amireth ne pouvait qu'être respectueux ...

Etant prêtre de Baal, Amireth déménagea plus tard sur vakim, pour tenter de permettre au chaman de baal, d'invoquer ce dernier. Ce fut une défaite. mais une défaite qui lui sauva la vie.

Amireth avait appris il y a peu, que les orcs réattaquaient. une attaque pour le moins innatendue. Encore ...

le mort-vivant avait été immédiatement contacté par gizaos.

En temps normal, Amireth serait venus ... mais il ne pouvait pas, il se préparait a guerroyer ailleurs ... cela affaiblirais ses forces ...

C'est avec regret qu'Amireth écrivit une réponse négative et l'envoya ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Dim 1 Fév - 22:20

Wogard glissait doucement sur l’herbe couleur émeraude. Le soleil était radieux et nul arbre, nul rocher, colline, buisson, cour d’eau, rien de tout cela ne venait troubler l’immense étendue immaculée de verdure qui courrait à perte de vue.

Le grand vert comme l’appelaient les chamans.
L’autre monde pour les peaux-vertes.

Cependant quelque chose semblait irriter l’oreille du Plusbosskelézautr’. Un couinement lointain, comme une roue de charrette sur un moyeu grippé.
Hiii… Hiiii… Hiiii….
Ça semblait se rapprocher mais rien n’était visible sur l’océan d’herbe grasse où flottait Wogard.
Il avait beau scruter dans toutes les directions, rien ne troublait l’horizon vert.

Puis un autre son commençait à être audible, comme une pulsation sourde et basse.
Le couinement se rapprochait encore, tandis que les pulsations semblaient prendre corps physiquement.

Baooooommmmm… …Baooooommm

Le Boss de la Waaagh sentait qu’elles le traversaient littéralement. L’atmosphère paraissait vibrer avec elles.
Ses tempes supportaient mal ce rythme de basses puissantes.
Venaient s’y ajouter les crissements de plus en plus proches et insupportables.
…Hiiiinnn… …Hiiinnn… …Hiiinnn…

Le paysage autour de lui commença à sombrer dans une épaisse obscurité teinté de fumée verte.

La douleur était en train de le tirer vers un autre ailleurs. D’autres sons, d’autres odeurs…
- Hin hin hin… !
- Ha, p’tain, ça y est. On dirait qu’il emmerj’. Hey Boss, ça va ??
Des formes indistinctes s’agitaient devant les yeux de Wogard.
Il mit un moment à comprendre les sons produit par la bouche de son fidèle Skisnarch.
Il força sa vue pour reconnaître le visage de son adjoint ainsi que celui de Tafokss le chaman, tous deux penchés sur lui.
- Hin hin Lui avoir crane solide. Moi pas m’inquiéter. Hin hin Hin.
Le grincement de son cauchemar… Le ricanement de ce vieux débile de chaman, shooté à l’herbkifairir’.
L’atmosphère empuantit de la hutte du chaman acheva, avec la douleur dans son crâne, de ramener le Boss de la Waaagh à la réalité.

- P’tain Skisnarch, qu’est ce y c’est passé ? J’ai la tronche comme un tambour de guerr’.
- Ben vous avez reçu Korgutt’, votre porte étendard, sur le crâne. Vous a fait un bell’ bosse, Boss.
- L’est si lourd que ça, c’te incapabl’ .

- Faut dire, Boss, que quand vous l’avez reçu, l’était encore harnaché sur son sanglier. L’a du etr’ propulsationner dans les airs par une ’xplosion. Qu’est c’qui vous a prit d’charger comm’ ça, à la tête de vos cochons. Z’auriez pu y rester…
- Ouais. Et t’a rien trouver comm’ idée qu’d’m’amener chez ce sénile de sorcier pour que je me réveill’ ?? Du pouce Wogard désignait le chaman retourné prendre sa position en tailleur au fond de la hutte enfumée.
- C’est lui qu’a voulu vous voir Boss.
- C’est passé quoi pendant que j’pionçais ?
- On a crabouillé les non-morts d’Alumess. Les Boss Undarteker, Tikili et Backmorda sont en plass’. Ils marchent déjà sur les terres de votr’ copine, la princess’ Valfe. On a aussi éradicationner deux ou trois armées locales… Voilà voilà…


Skisnarch semblait mal à l’aise tout d’un coup.
Wogard se tenant la tête, se releva avec peine. Il sentait l'humeur de son bras droit. Une fois debout il demanda :
- Déjà des mauvaises nouvell’ ??
- C’t’a dire que j’viens d’apprendre que le Boss Farok vient d’essuyer une baston, Boss…
- Il a déjà déménagé ??
- Non, just’ment Boss. Ils lui sont tombés d’ssus alors qu’il en était encor’ aux préparatifs.

- QUOI ??
- Z’ont sacrément vite réagis nos ennemis Boss.
- Bon, il s’en est tiré. Il arriv’ quand ?
- C’est que les pertes sont lourdes, Boss

- QUOIIIII ???
- Ben il a fait qu’obéir à vos zordr’ Boss, et comm’ vous avez calanché pendant presqu’ deux jours… Il est resté comm’ qui dirait en attent’ d’la suite… Et crac ! Une armée venue d’nul’ part lui tombe dessus.
- Les pertes. Combien ??
- Prés de 12 000 archers… Boss.
- QUOIIIIIIIIII ????
- Oui je sais, Boss, ça commence pas terrib’ …


Wogard pressa son pouce et son index sur l’arrête de son nez en fermant les yeux.
- Bon, rilax, ça pourrait être bien pire…
Skisnarch dansait d'un pied sur l'autre, pas très à l'aise.
- Bien pire Boss ? Hum. Qu’est ce vous voulez dire ???
- Au moins z ‘ont plus Arkun à leur tête. C’est qui le pauvre demeuré qui fait offiss' de chef chez eux ??
- hahem… ben… justement Boss…


…. QUOIIIIIII ????????....

( Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farok

avatar

Nombre de messages : 432
Localisation : de Takim à Nakim... à Takim à Nakim à nouveau
Date d'inscription : 20/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Lun 2 Fév - 13:22

Farok étudiait les cartes et préparatifs de départ. Il avait laissé son armée se dégourdir en lâchant un bataillon sur les défenseurs d'arwenna2, une dame de Zanarkand. La victoire était à la clé, bien que le bataillon fut faible. Première victoire et amorce de la guerre.

Les plans étaient dressé et on parlait de déménagement et d'organisation. Car on était encore sur Nakim, et c'est sur Takim que se trouvait l'objectif des orcs: la terre ancestrale d'Orclandiish. Il veilla tard cette nuit, participant aux festivités orques après cette victoire, autour du feu et des roulements de tambours.

Tout cela méritait un bon repos, alors comme ses guerriers, il alla se coucher. Malheureusement la nuit fut courte. En effet un éclaireur encore sobre sonna l'alerte. Le camp fut alors en ébullition et on s'apprêta à repousser l'ennemi. Quel était-il? Farok pensait que la dame de Zanarkand cherchait à se venger, pourtant les étendards ne portaient pas ses couleurs. D'ailleurs il ne le reconnut point.
/


"-Balistes é onagres, feu a volonté! Archés sur lé tours!" hurla-t-il.

Il fut forcé de reconnaître que l'ennemi était bien plus nombreux que ce qu'il s'était attendu à trouver. Toutefois les préparations de guerre avaient duré des mois, et Farok commandait une armée bien dangereuse et expérimentée.

Le combat commençait déjà à tourner en sa faveur quand Farok ordonna qu'on identifie les armoiries ennemies. Mais les armées ennemies étaient déjà totalement anéanties quand on lui apporta la réponse: Moby Dick, membre de l'Ordre souverain et hospitalier de Malte. Il avait installé son camp en hâte à proximité du domaine de Farok.

En voilà une surprise!

Il déclara:

"-Renvoyé le batayon arcelé la Zanarkand. Et à son retour, envoyé le achevé les blecés ché Moby Dick. Kon lui aprene se kil en coûte d'ataké lé zorks de Farok!"

Farok n'était pas encore sur Takim que déjà les combats faisaient rage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farok

avatar

Nombre de messages : 432
Localisation : de Takim à Nakim... à Takim à Nakim à nouveau
Date d'inscription : 20/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Lun 2 Fév - 14:43

Farok observait maintenant les rapports de bataille dans ses mains. Il déclara tout haut pour que tout le monde l'entende, au camp:
"-Bien, si je me tromp pa on é donk a 9 mouveman, é 9 suksé! 2 bastons, 2 viktoar!"

Les cohortes de Farok, s'agitèrent en signe d'approbation
"-O nivo dé pert, globaleman sa fé presk 14.000 kombatan perdu ché nou é pré de 24.000 ché no zenemis!"

Des rugissements se firent entendre à nouveau.
"-Pour l'instan cé pa mal, mé on va resté prudan, hin? Reprené l'envoi des convoi opré de no zallié, ils vont en avoar bezoin a leur tour."

Sur quoi, il retourna dans sa tente de Boss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farok

avatar

Nombre de messages : 432
Localisation : de Takim à Nakim... à Takim à Nakim à nouveau
Date d'inscription : 20/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Mar 3 Fév - 13:03

Dans sa tente Farok consultait tous ses documents. Pour l'instant rien n'était à craindre, vraisemblablement. Farok écrivit alors au big boss en expliquant que puisque sa présence n'était pas nécessaire, il allait demeurer là quelque temps pour anéantir celui qui s'était opposé à lui.

Il avait conscience que sans mission précise à lui confier, le boss accepterait naturellement sa requête car elle se conformait parfaitement avec la culture orque. Au demeurant, il compléta son discours sur les désagréments engendrés par tout déménagement, chose qui méritait bien la récompense d'un beau combat, et non pas seulement de sa promesse.

La missive était prête, il ne perdit pas de temps pour l'envoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Mar 3 Fév - 21:47

Wogard se calmait peu à peu. L’annonce du retour de ce renégat d’Arkun à la tête de la coalition ennemie n’augurait rien de bon.

Assis par terre dans la hutte du chaman, où cette discussion avait commencé, le Boss de la Waaagh regardait Skisnarch avec insistance. Celui ci en fut gêné.
- Ben quoi Boss, c’est qu’un général orc comm’ les autres ?
Wogard sembla sortir de sa rêverie.
- Mmmmh… ? Quoi ? Un général orc comm’ les autres ? Naaaan il est futé et malin…
- ‘Xagererez rien Boss. Tous les autres pourraient fair’ l’affair’. Les seigneurs Gyllys, Carambar, Lost et compagnie..
- Naaaan . Sont bons tous, mais sans Arkun pour leur crier d’ssus ou leur botter l’cul.. Sans ces ordr’ et sa cervell’, y font qu’des cagades de trolls.

Le chaman, posé en tailleur au fond de sa hutte, tirait sur sa pipe taillée dans un fémur d’elfe. Encore un dernier crépitement moelleux et il exhala un long nuage de fumée verte.
- Hin hin hin toi pas t’inquiéter. De toute façon ça toujours être orc qui commande aux autres races. Supériorité des orcs pour baston plus être à démontrer. Hin hin hin…Si visages blêmes, oreilles pointues, nabots barbus et non-morts veulent obéir à Boss orcs, alors notre combat être juste. Hin hin hin…
- Mouai, faudra qu’tu m’explik’ d’où vient ton enthousiasm’ vieux débrit..
- Hin hin hin… toi vouloir dire.. ma foi, pas mon enthousiasme, ça être ma foi. ça etre aussi raison de ta présence ici. Skisnarch toi nous laisser…

Le bras droit de Wogard se leva et après un bref coup d’œil interrogatif à son Boss, il sortit.

Le chaman tapota le sol devant lui
- Hin hin …Toi approcher wogard…..toi asseoir là…hin hin
Le Plusbosskelézautr’ prit son temps pour se relever. Il essayer de se souvenir pourquoi il est très mal vu d’essayer d’étrangler un chaman dans l’exercice de ses fonctions. Surtout au motif que ses ricanements lui tapent sur le système nerveux.
-Hin hin… Allez, toi venir. Toi approcher. Hin hin hin…
Il s’avança à pas comptés, réfléchissant aux limites de son self control.
- Assis, assis… hin hin.
Wogard se mite en tailleur face au chaman.
- Bon chuis là. Qu’est ce t’as besoin de m’dire d’aussi près vieux débil’ ?
- Hin hin hin… Hin hin…

Le Boss de la Waaagh serra les poings et essaya de penser à truc plaisant… Un bon petit plat, une boutanche de Château Saluki 1358, un elfe à torturer… N’importe quoi pour ne pas abattre sa hache sur le crâne de cette momie ricanante. Il avait toujours eu du mal à supporter cette face de singe desséché et sa nonchalance.
Le chaman prit sa pipe et aspira une grande goulée.
- Te dire ? Non, moi rien te dire. Hin hin hin. Moi juste t’ammener… Hin hin hin.
En finissant sa phrase il souffla au visage de Wogard une épaisse fume verte et nauséabonde.
- M’amener ? Où ça ? C’est quoi ces conn…
Le Boss de la Waaaagh s’effondra sur le coté, sans finir sa phrase.

Lorsqu’il se réveilla, il se trouvait dans une vaste caverne à l’aspect irréel. Des fumerolles vertes couraient sur le sol. Une étrange musique primitive faite de tambour et de trompes semblait venir des parois. Un air à la fois barbare et sophistiqué, alambiqué d’une mélodie incertaine qui tantôt inspirait l’ivresse du combat, tantôt suggérait l’allégresse d’un banquet puis finissait par évoquer la fureur bestiale d’un accouplement. Puis l’instant d’après de nouveau l’envie de charger sabre au clair…
Du coin de l’œil Wogard vit un mouvement. La seconde suivante il faisait face à la menace, en garde sa hache à la main.

En face de lui se tenait trois orcs.
Le premier était amuré comme un coffre fort et portait au moins une dizaine d’armes différentes. Une machine à bastonner.
Le second lui, laissait plus à désirer, un ventre énorme, distendu, dont la peau était maculée de taches et déchets divers. Une machine à ingurgiter.
Le troisième, par contre semblait propre sur lui, mais ce n’est pas ce que l’on remarquait de prime abord. Non, ce qui attirait le regard en premier c’était la taille démesurée de ses attributs virils. Une machine à copuler.

Le Plusbosskelézautr’ abaissa sa garde.
Voilà.
Le Triorc…
Toute une vie pour arriver à cette ultime minute.
Maintenant Wogard allait savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Jeu 5 Fév - 12:07

Tout l’état major de l’armée de Wogard était rassemblé pour la soirée.
D’imposantes statures, carrées, armurées, alignées parmi les bancs mis en place pour l’occasion.
Tous discutaient bruyamment avec un copain d’à coté, un camarade de derrière ou un pote de devant, voire les trois à la fois.
Des serveurs gobelins passaient entre les rangées de bancs, pour proposer des chopines ou des friandises.

Le Plusbosskelézautre était assis devant, à la place d’honneur, avec à sa droite Skisnarch son adjoint, et sa gauche KramKull’, un jeune officier aux dents longues qui s’était particulièrement illustré durant les derniers engagements.

Toute l’assemblée attendait avec impatience la fin de l’entracte.
Le lourd rideau rouge masquant la scène, semblait s’agiter par moment, tandis que les comédiens devaient être en train de mettre en place le décor.

La première partie du spectacle avait été hautement appréciée par les officiers de la Waaagh.
Toute une bande de jouvencelles orques étaient venu se pavaner sur des musiques tribales aux rythmes endiablés ou aux mélodies lascives.
Le clou du spectacle fut, lorsque, à la suite d’un torride striptease sur scène, Wogard se retrouva coiffé d’un string en peau de bête, et que la belle descendit s’asseoir sur ses genoux pour le lui reprendre…
A ce moment précis pas un Boss présent dans la salle n’était pas debout en train de hurler ou de siffler…

Skisnarch se tourna pour parler à son Chef.
- ‘Lors Boss ? Sympa hein, ça vous plait ?
- Mhhh ? Mouai, mouai. Les gars sembl’ apprécier ta ‘tite teuf’
- Voulez encore des doigts d’nains confits, Boss ?
- Nan merci, j’arriv’ déjà pas à finir mes zoreill’ d’elfouze…

Le second de la Waaagh ne dit mot, mais il n’en pensait pas moins. Wogard qui n’a pas d’appétit… On aura tout vu.
Son Boss l’inquiétait depuis deux jours. A vrai dire, il l’inquiétait depuis sa sortie de la hutte du chaman, où visiblement il s’était passé quelque chose. Mais évidement, Skisnarch s’était bien gardé d’aborder la question. Il savait depuis longtemps que quand son Boss le voudrait, il le mettrait au parfum, pas avant.
Il saurait bien assez tôt ce qui avait chamboulé l’orc le plus féroce de Nawakim.
- C’est quoi la s’conde partie ?
- ‘Zallez aimer Boss, les gars y zont monté un ‘tite troupe theatrall’. La pièce est à se tordr’ de rir’y parait… Devrait pu tarder là.

A peine Slkisnarch eut il fini sa phrase que des coups martelés raisonnèrent sur le plancher de la scène. Les inévitables « chut » dans la salle, finirent d’annoncer le début de la représentation.
Le rideau rouge s’ouvrit.

Un orc en armure se tient dans une salle de pierre, voutée et sombre.
- Je suis beau, grand et fort, je suis Emklum. Général au service de mes amis elfes, nains, humains et mort vivant.
____ Huées et sifflements dans la salle.
Se baissant pour éviter la trajectoire agressive d’une choppe, l’acteur poursuivi sa présentation.
- L’on me croyait mort et me voilà. Quand mes amis ont peur du noir, j’arrive aussitôt. Mes amis elfes, nains, humains et mort vivant bien entendu. Je n’ai pas d’amis orc, je me demande pourquoi ?
___ Cris et sifflets à nouveau.
Alors qu’un bol de doigts confits vient exploser sur la scène, l’acteur continu sa diatribe.
- Mais qu’aurais-je à faire d’amis orcs. Je suis le seul être digne d’intérêt de tout Nawakim. Pourquoi irais-je m’encombrer de ces lourdauds mal dégrossis, les elfes sont de bien meilleures compagnies. ?
Arrive en courant, les bras au ciel, l’air catastrophé, une elfe vêtu de façon affriolante et suggestive.
- Ahhhhh…. Mon bel Emklum…Ahhhhh….Quelle catastrophe….Ahhhhh..
- Mais que t’arrive-t-il ma douce Trisao… Tu m’as l’air bien retourné ?
- Ahhhh…. Mon gros, mon doux, mon large Emklum.
Elle se met à égrener sur ses doigts…Il nous faut de toute urgence du bois, du sable, de la pierre, du fer, du carbone, de l’acier, de l’argile, du ciment, du béton, du verre, des sardines, des entonnoirs, des boules de gomme, des carottes bio, des clous, des….
- Hola, hola ma belle amie elfe Trisao. N’est ce point là ta tache, que de nous dégoter tout cela ?
Elle se colle à lui de façon indécente.
- Si mon beaaaaau général tout vert. Mais vous êtes si fooooort que je pensais que vous en aviez sur vous…
Elle glisse une main sur les pectoraux d’Emklum.
___ Hurlements dans la salle…
Alors qu’une hache et plusieurs autres objets finissent leur course dans un élément de décor, les acteurs s’embrassent et se séparent.
- Court donc à ton devoir ma bonne amie Trisao.
- Oui mon bel Emklum.

Elle disparaît de la scène.

Passe un elfe avec une armure de paladin, une cane à pêche sur l’épaule.
- Vais voir si ça mort aujourd’hui.
Il traverse la scène et disparaît de l’autre coté.

Entre, dans la foulée, une naine munie d’une poitrine outrageusement démesurée et coiffée d’un casque avec des cornes presque autant disproportionnée. Son armure est dans la même veine ; énorme, inégale. On distingue à peine l’acteur sous cet accoutrement comique, d’autant plus qu’il marche sur les genoux.
___ Rires de l’assemblée.
- Emklum ! Faut qu’on cause.
- Je suis là ma fidèle Kyglyss. De quoi veux tu que nous causions ?
- Au sujet de tes plans…
- Oui ma fidèle Kyglyss…
- On a déjà longuement parlé hier, mais….
- Oui, ma fidèle Kyglyss. Mais… ?
- Mais… Mais, j’ai rien compris…

Emklum lâche un soupir exagéré.
___ Le public s’esclaffe.
- Ma fidèle Kyglyss. C’est pourtant très simple. Tu restes là et tu attends. Quand je cris « vas y ! », tu charges dans le tas… Tu vois ce n’est pas compliqué…
Elle se blottit dans ses bras, la mine boudeuse.
- Oui mais quand c’est toi qui explique, Emklum, je comprends de suite. C’est après, quand je suis seule que je comprends pluuuuus…
Emklum lui tapote la joue.
- Allez va donc préparer tes petits soldats, ma forte Kyglyss. Je te dirais quoi faire… Comme toujours…
Elle quitte la scène en trainant des pieds et l’air boudeur.
___ Applaudissements appuyés.

Passe un elfe avec une armure de paladin, une cane à pêche sur l’épaule.
- Me ferais bien une truite ou deux ce matin.
Il traverse la scène et disparaît de l’autre coté.

Le rideau tombe. Fin du premier acte.

Skisnarch se tourne vers son Chef.
- Alors Boss , zen pensez quoi ?
Wogard fait une petite moue.
- C’est ça qu'on appell' d’l’art nouveau ?
- Non Boss, c’est ça qu’on appelle une farss’, une caricatur’
- Ah.. ? Mouai…


Début du second acte.
Le rideau se lève.

Toujours Emklum, planté cette fois au milieu de la place publique d’une petite ville.
Il harangue la foule.
Foule matérialisée par un chien, un mendiant et un ivrogne qui cuve contre un mur.
- Mes amis elfes, nains, humains et mort vivant… Allons-nous laisser Nakim… Je veux dire Dakim, être la proie… Non. .. Heu…Vakim…Hem…Bref, allons nous laisser cette ile si chère à mon cœur…
___ Ricanements dans la salle.
- …être la proie de ces vils orcs répugnants et abjects ?
Evitant de justesse un serveur gobelin venant s’éclater la mâchoire sur la scène, le courageux acteur poursuit…
- Aujourd’hui Kakim, mais demain ??? Jusqu’où iront ses créatures tout droit sorties des enfers ?
Le chien aboie et le clochard fait mine de s’endormir.

Passe un elfe avec une armure de paladin, une cane à pêche sur l’épaule.
- J’espère qu’il y a du poisson aujourd’hui.
Il traverse la scène et disparaît de l’autre coté

Emklum continu :
- Heureusement que nous les elfes…
___ Fou rires dans le public.
- … Nous sommes le garant de vos libertés et vos droits. Nous sommes des centaines…Enfin des dizaines… bon, quelques uns quoi, à nous opposer à la tyrannie de ces immondes peaux-vertes ! Peuple de Wakim, nous vaincrons !

Apparaît sur scène, une petite elfe avec des lunettes ridicule et un chignon de grand-mère. Elle applaudit laconiquement.
- Bravo Chef Emklum. C’était très….. Impressionnaaaaaant.
Elle se pâme, sur le dernier mot.
- Ha ! Ma chère Litdufiel. Je suis heureux que ça t’ait plus. J’ai mis au moins… dix bonnes minutes à préparer ce discours capital.
- Vraiment très….Impressionnaaaaaaant.

Nouvelle simagrée aguicheuse.
- Mais que te vaut l’honneur de m’approcher ainsi, chère Litdufiel ?
- Heu.. Vous m’aviez demandé de faire des recherches sur ce Goward qui pille et massacre la moitié de Lakim.
- Oui je m’en souviens parfaitement. Et alors qu’as tu découvert ma chère Litdufiel ?
- Et bien à se qu’on raconte Chef Emklum, il serait vert et costaux, tout comme vous. Il aurait les canines inférieures qui dépassent de sa bouche, tout comme vous. Avec un groin en guise de nez, et de larges oreilles poilues…

___ La salle reprend en cœur :
- … TOUT COMME VOUS. Et aussi qu’il sent pas très bon et qu’ils pète bruyamment, TOUT COMME VOUS !
- Ha bon ? En est tu sure ma chère Litdufiel ? On dit pourtant, de partout, qu’il s’agit d’un orc !
- heu… Oui, c’est ça, c’est un orc….
Litdufiel encourage le public avec les mains TOUT COMME VOUS, général Emklum.
- HAHAHAHA.. Allons, allons, tu divagues ma chère Litdufiel. Chacun sait que le bel Emklum n’est pas un orc, j’ai pour amis tous les elfes, les nains, les….
- Oui je sais, Emklum, mais il n’en reste pas moins que vous semblez… être de la même… race.

Emklum s’assois, l’air abattu. Il se prend la tête dans les mains…
- Moi … ? Je serais un orc ??? … Mais j’ai plein d’amis elfes, nains…
- Oui je sais, c’est dur d’ouvrir les yeux Emklum mon chef, mais….

Litdufiel s’approche de lui pour le réconforter.

L’écartant, soudain Emklum se lève. Il a une idée.
- Va me chercher Trisao…
Litdufiel par en courant. Il la rattrape par le bras.
- Et du maquillage…
Litdufiel repart. Il la stoppe à nouveau.
- Et une tenaille, pour ces maudites canines…
Nouveau démarrage de Litdufiel. Il lui crit :
- Et un ciseau, pour me tailler les oreilles en pointe…
___ Hurlements de rire.
Le rideau tombe tandis qu’un banc vole en direction de la scène.
Fin du second acte.

Le rideau s’ouvre à nouveau.
Les acteurs sont sur un champ de bataille…
L’un d’eux s’avance au devant de la scène. Il porte une armure caricaturale et se tient sur les genoux. Sa fausse barbe lui glisse du menton tandis qu’il annonce :
- Je suis Dhor le guerrier nain, ami d’Emklum l’elfe vert.. Et voici Civi et Kost Jiko mes fidèles frères d’armes…
Il s'arrête tout net dans sa phrase.
Il lui semble voir des Boss mettre une baliste en batterie dans le fond de la salle.
En un clin d'oeil la scène se vide...

Skisnarch jette un coup d’oeil à Wogard. Il dort. Le menton sur la poitrine, les yeux clos, un filet de bave au coin des lèvres, il ronfle doucement…
Il le secoue doucement.
- Hey Boss. Zetes fatigué ou quoi ??
- mmmmhh ??? K’est ce y a ? On nous zattaque ?
- Non Boss, le spectacl’, la pièce…
- Hein, ha heu oui…
Wogard applaudit mollement. Bravo, bravo… J’vais me pieuter…
En titubant, les yeux froissés, le Plusbosskelézautr’ se lève et quitte la salle, suivit de ses gardes du corps, laissant un Skisnarch perplexe et inquiet.
- Boss ? La teuf' fait que commencer...

- FEU !!!!
SDOOOOINNNNGGGG !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalthor



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Lun 9 Fév - 11:33

Les tambours se fesaient entendrent depuis maintenant au moins une semaine.
Les orcs avides de libérer la terre de leurs ancêtre avaient accouruent en grand nombre.
Jamais la Waaagh n'avait-elle semblé aussi puissante.
Après seulement quelques attaques la résistance commençait déjà à battre en retraite.
Était-ce une ruse de la part de l'ennemie ou un aveu de leur défaite.
Est-ce que cette guerre prendrait fin avant d'avoir commencer?

Le brasero brûlait tel un phare dans la nuit.
Il appellait tous les orcs avides de liberté à prendre les armes.
Mais qui oserait se dresser contre les orcs libres?
Même le gouvernement demandait aux orcs de se présenter à la table des négociations.
Pourtant; quelques jours auparavant celui-ci appellait tous les seigneurs à s'indigner devant les revendications des orcs.
Pourtant il en appellait aux armes et aux logisticiens pour supporter les combattants.

Les orcs; las d'être maltraités et d'être traités de tous les noms se dressaient enfin tel un peuple à part entière.
Leur libération s'annoncait beaucoup plus facile que prévu.
Mais qui aurait pu prévoir une telle marée verte déferlant sur Takim.
Le Plusbosskelézautr’ avait bien préparé ses petits boss.
La victoire leur semblait acquise.. du moins pour l'instant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winothna



Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 11/09/2008

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Lun 9 Fév - 20:41

Bob le tueur était enfin arrivé en Orclandiish. Du haut d'une colline, il scrutait l'horizon. Là-bas, s'étendait le royaume de Valfe et on y entendait des cornes de guerres et des tambours.
"-Hmm! Kalthor et Backmorda ont déjà commencés le travail! Se dit-il en voyant deux colonnes d'orcs avançant dans la grand royaume. Je dois rattraper le temps perdu.
-Boss Bob! C'était un de ses généraux. Nous devrions attendre avant d'attaquer et envoyer un éclaireur!
Les hommes s'étaient entrainés depuis des mois et attendaient ce moment avec impatience.
-Lançons l'assaut tout de suite, de toute façon, qu'avons nous à perdre?
-Bien chef!"
Le général repartit et donna l'ordre d'attaquer. Les troupes s'élancèrent au rythme des tambours. Les étendarts Waaagh flottaient dans le vent. Bob rentra dans sa tente. Se serait un pur massacre se dit-il en ricanant
avant de s'endormir.

Plus tard, un de messager arriva et, en entrant dans la tente, reveilla le boss en sursaut.
"-Qui a t-il? J'espère que tu annonces une bonne nouvelle car je n'aime pas être réveillé!
-Hélas, quand nous sommes arrivés sur les territoires de notre ennemies, il n'y avait personne.
-Alors continuez à avancer! Ils doivent se cacher près de leur château! Lui cria Bob.
-À vos ordres chef!" et il s'en alla.
La journée commençait très mal pour Bob.

Pendant plusieurs jours, Bob le tueur attaquait Valfe et jamais il n'y avait d'armée à tuer. L'armée orc commençait à s'énerver. Pour les rassurer, Bob leurs disaient que les elfes se cachaient dans le château de Valfe. Mais il savait que c'était faux car il avait reçu un message de Backmorda et de Kalthor lui disant qu'ils avaient déjà massacré l'armée. Bob était inquiet pour ses hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farok

avatar

Nombre de messages : 432
Localisation : de Takim à Nakim... à Takim à Nakim à nouveau
Date d'inscription : 20/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Mar 10 Fév - 14:59

"Takim me revoala !!!!" s'était écrié Farok, en apercevant la côte.

Certes, il était en retard. Le dernier, quasiment, de tous les boss à rallier l'Orclandiish. Mais il avait dû s'attarder sur Nakim: on lui avait envoyé une armée en opposition avant qu'il ne parte, et il avait bien fallu faire comprendre aux malheureux adversaires qui arboraient une baleine blanche pour toute insigne, ce qu'il en coûtait d'affronter le redoutable boss.

On l'avait surnommé "tête d'acier" par le passé. C'était le général Arkun qui en était à l'origine, paraît-il. Il n'avait pas nuit à cette réputation cette fois encore. D'abord il avait repoussé l'assaillant au terme d'un beau combat rassemblant près de 60.000 hommes sur le champ de batailles, puis il avait fait route vers le campement de son agresseur, rasant tout, tuant les centaines de défenseurs qui restaient. De temps en temps l'ennemi tentait un raid sur leurs arrières, pour tenter d'immobiliser l'armée. Deux fois ils y réussirent seulement. L'armée de Farok était encore grande et le boss orc réussit à répartir des bataillons pour organiser la défense et continuer la marche. Finalement, l'ennemi finit par lever le camp. Alors Farok consulta les ordres de l'état-majorc, et embarqua pour Takim.

A terre, il alla s'enquérir des nouvelles. Rien de vraiment nouveau pour lui, car l'Oeilkivoatou lui avait déjà révélé la majorité des choses, mais il avait eu du mal à croire la dernière révélation. Ainsi donc on baissait les armes face aux orcs. Les adversaires tremblaient devant leur nombre, certainement, mais on rapportait aussi qu'ils étaient terrifiés par l'aide divine qui leur était prodiguée. Le Triorc s'était réveillé: sous la bénédiction de Schlika-schlika, les orcs s'était multipliés durant deux lunes, Bigmandall les avait rendus plus forts, et Groumph avait........ il avait fait quoi Groumph au juste? Ah oui, ils leurs avait donné un braséro. Sans doute pour préparer la cuisson durant les festivités. Sacré Groumph!

Et maintenant Farok allait pouvoir retrouver l'Orclandiish. Une terre qu'il avait foulée autrefois. D'ailleurs il avait longtemps demeuré non loin de là: au cimetière central de Takim. Takim était son île, il le sentait. Comment pouvait-il en être ainsi avec Nakim où l'on votait majoritairement pour un représentant qui se fiche publiquement de ses concitoyens et y déclare sa haine envers les orcs. Celui-là il aurait bien aimé lui couper la langue avant d'embarquer pour Takim, mais ce n'était, peut-être, que partie remise. Pour le moment Farok avait d'autres priorités: il fallait établir le campement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalthor



Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Lun 2 Mar - 17:24

Le vent soufflait dans les plaines de Takim.
La fumée du Brasero se voyait toujours au loin.
Celui-ci brûlerait tant que toutes les terres ancestrales des orcs ne seraient pas libérées.

Le Boss Kalthor avait dû s'implanter plus à l'est des terres ancestrales lors de la première guerre
car il était alors un tout jeune orc. Il avait vu à l'époque ses frères se faire repousser des terres qui étaient les leurs.
Cette fois; cette situation ne se répéterait pas.

Pourtant...
Depuis peu; les Nighthunters fesaient route vers le domaine du Boss Kalthor.
Le Boss avait regardé avec distance ceux-ci effectuer des manoeuvres d'encerclement.
Mais ils avaient poussé l'audace jusqu'a venir stationner leurs troupes en bordure de ses terres.
Pour lui cela était inadmissible. C'était une violation de sa liberté; un acte de guerre.
Malgrès cela; il envoya des missives pour s'informer des intentions de ses nouveaux ''voisins''.
Aucune réponse
Cela le conforta dans ses positions. Ils préparaient un coup tordu.
Le Boss n'attendrait pas. Il lancerait ses troupes pour repousser ses agresseurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farok

avatar

Nombre de messages : 432
Localisation : de Takim à Nakim... à Takim à Nakim à nouveau
Date d'inscription : 20/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Lun 23 Mar - 20:15

Une horrible puanteur supplantait toutes les terres avoisinantes. On ne comptait plus le nombre de malades dans les rangs de l'armée de Farok. Ces immenses marais des plaines du Sud-Ouest de Takim étaient un véritable bourbier pour des orcs aussi lourdement armés. Cela faisait des jours qu'ils n'avaient vu la couleur du ciel, tant les vapeurs acides dégageaient un sombre nuage au-dessus de leurs têtes. La maladie, voilà quelque chose de dangereux pour une armée. Heureusement celle-ci était bénigne, mais l'handicap était tout de même perturbant.

"-la chiass??!!" s'était-il exclamé quand les shamans avaient fait leur rapport.
-Une simple chiass??? Ha bah cé bon, rien de grav alor!!!"

Mais après avoir été lui même victime de la maladie il devait reconnaître que la déconvenue était plus grande qu'il ne l'avait imaginé. L'armée traînait tant! Pourtant il était impossible aux orcs d'aller plus vite. Ils étaient contraints de s'arrêter toutes les 10 minutes pour aller déféquer. On avait jamais vu un tel capharnaüm.

C'était donc ça l'Orclandiish?? Des marais puants à perte de vue? Farok maudit le nom du seigneur Elche qui avait ainsi empesté le coeur de l'Orclandiish.

Pourtant non-loin de là, des créatures de l'ombre semblaient apprécier davantage l'environnement, et progressaient à vive allure dans le marais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Mar 24 Mar - 11:09

Wogard, un large chapeau protégeant ses yeux du soleil de printemps, compulsait des plans sur une vaste table de bois encombrée de toutes sortes de cartes, sextants et rubans métreurs. Tout autour de lui s’activait une fourmilière d’ouvriers. Qui charriant des planches, qui portant des pierres, et qui trimballant des sceaux de mortiers. La plupart étaient des gobelins, plus agiles et un poil plus futé que leurs cousins orcs. D’ailleurs assez futé pour ne pas relever ce dernier point en face des dits cousins.
Le chantier de la nouvelle citadelle de l’Orclandiish avançait assez bien. Elle serait encore plus vaste et plus impressionnante que l’ancienne forteresse noire. Et surtout Wogard et Skisnarch son second, s’affairaient à lui conférer un coté inexpugnable. Une fois cette place forte achevée, nulle armée ne délogerait plus les orcs de leurs terres ancestrales.
Skisnarch ? Tiens où était il ? Wogard releva la tête, ôta son chapeau et chercha parmi la multitude grouillante autour de lui, pour tenter d’apercevoir son adjoint.

Les opérations militaires continuaient au cœur de l’Orclandiish, mais la guerre n’était plus. Le combat avait cessé faute de combattants. Ces opérations étaient plus routinières qu’autre chose. Skisnarch avait pour tâche de les surveiller, il s’en acquittait une à deux fois par semaine. Wogard réfléchi en remettant son chapeau.
Ce n’était pourtant pas aujourd’hui. Aujourd’hui, son adjoint et lui devaient préparer l’érection d’une statue de Schlika schlika dans la cour intérieure.

Le Boss de la Waaagh avisa un gob qui passait à proximité.
- Hey ! Où qu’il est Skisnarch ???
Le gob s’arrêta, haussa les épaules et laissa échapper, de sa bouche, un son signifiant son inaptitude à fournir une réponse satisfaisante.
- Trouve-moi le et fissa !
- Voui Boss.

Le gob détala à la vitesse d’un nain devant un morceau de savon.

Le Plusbosskelézautr’ se repencha sur son problème de statue. Il l’avait commandé il y a deux mois chez un artisan de renom, mais la livraison en était sans cesse repoussée. Pour se justifier, l’artisan prétextait que la statue du dieu orc de la fornication, avec les mensurations données par Wogard, souffrait d’un léger déséquilibre… vers l’avant… Le Boss de la Waaagh chiffonna le énième courrier de cet escroc de tailleur et le jeta au loin. Wogard savait très exactement à quoi ressemblait Schlika schlika, il l’avait rencontré en personne lors d’une transe. Et ses mensurations n’étaient pas du tout exagérées. Et en plus de ça il est bien évidant qu’il était hors de question de représenter le dieu orc de la fornication en situation de repos. C’était comme représenter Groumph sans sa bedaine ou Bigmandall’ sans une arme à la ma…
Wogard fut interrompu dans ses réflexions mystico-artistiques par un bruit de cavalcade au sud du chantier. Il identifia plusieurs loups montés, et Skisnarch à leur tête.

En quelques instants le second de la Waaagh fut devant son Boss.
- Chais bien qu’t’es retard mais fallait pas débouler comm’ ça.
- Salut Boss. Ya des problèmes au sud ! ‘vec Dame Alumech.

Wogard marqua un temps de reflexion. Il se tourna vers le nord en disant :
- Mais… Qu’esse tu racontt’ ? Les terres de Dam’ Alumech sont au nord d’ici…
- Ben, pendant qu’on zyeutait nailleurs, Boss, elle s’est accaparationnée plusieurs territoirr’ prés du cimetierr’

Le Boss resta stupéfait d’incrédulité.
- Mais… Et nos zaccords ?
- Elle s’en tamponn’ Boss !
- Et nos rapports de bons voizinach’ ?
- Elle en na rien à fout’ Boss !
- Et nos promess’ de paix ?
- Elle a fait caca dessus Boss !
- Mais… Mais... Elle a pas le droit ! Pourquoi qu’elle fait ça ???
- Je vois qu’une ‘splication Boss, cette princesse des ténébr’ est folle à lier. Quand on provoc’ un d’mi-million d’peaux vertt’ faut avoir un cerveau d’elfouze.


Le Boss de la Waaagh réfléchi un moment après s’être assis pour favoriser l’irrigation de son cerveau. Vieille technique ancestrale consistant à compresser les muscles fessiers sous son propre poids, pour ainsi faire remonter l’afflux sanguin.
Skisnarch sentant venir la suite, prit un plume, un bout de vélin et attendit.
Il pouvait voir, sur le visage de son Boss, l'intense et profonde analyse intérieure à laquelle il se livrait. Aspect stratégique, considérations diplomatiques, questions tactiques, conséquences politiques, responsabilité financière... Tous ces facteurs s'accouplaient, s'imbriquaient, se mélangeaient dans la tête du vieil orc tandis que sa puissante faculté d'analyse intellectuelle était à l'oeuvre.

Subitement, d’un coup le Plusbosskelézautr’ s’anima.
- Skisnarch, tu notes ! Ultimatum ! Si ses troupes bougent encor’ un orteil, on charge. Si elle nous dédomageationne pas, on charge. Si elle tente de reprendd' ses territoires du nord, on charge. Et si elle répond pas…
- …On charge ! Ouais, OK Boss

Wogard se tourna, admiratif vers son second.
- Hey t’apprends vit’ fiston. T’as presqu’ saisi toute la subtilité d’mon plan. Allez tu m’mets tout ça au prop’ et t’expédie rapidos.
- Et les dédomageationnements Boss ? Je mets quoi ?
- Euh… 5 millions de pièss’ d’or et 150 mille tonn’ de bois, ça doit l’fairr’ non ?
- C’est vous qui voyez Boss.


Mais Wogard n'entendait plus, il s’éloignait déjà en beuglant après sa monture de guerre.
- Groindacier ! Groindacieeeeer ! Où qu’t’es encore fourré ‘spece d’cochon vicelard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Jeu 23 Avr - 11:08

Le bivouac de la Waaagh de Wogard s’éveillait doucement dans les brumes du petit matin. Cette partie plus méridionale de l’Orclandiish était bien différente de la région où le Plusbosskelézautr’ avait entreprit de rebâtir sa forteresse. Plus aride et plus chaude.
Sa Waaagh s’était enfoncée bien au Sud dans les terres de Dame Bichette et du Seigneur Tapdur.

Wogard sortit courbaturé de sa tente. Une main sur les reins, l’autre sur son épaule, il avança vouté et en claudiquant jusqu’au feu de camp où s’affairaient deux gob.
L’un d’eux lui tendit une tasse de tisane forte et fumante et une assiette de lard encore grésillant.
Le vieil orc les pris et le remercia d’un grognement de levé-du-pied-gauche.
Skisnarch arriva tout en enfilant son plastron de cuir.
- Alors Boss la forme ?
Le regard que lui jeta le Boss de la Waaagh effaça instantanément son sourire et sa bonne humeur du matin.
- Hummm… Je suppose que non alors… Le jeune bras droit attaqua sur un autre terrain. Heu.. Boss zavez lu les rapports du matin ?
Wogard n’ouvrit la bouche que pour y engouffrer une barde de lard croustillante.
- J’peux vous l’résumer si vous voulez.
Seuls les bruits de mastication du Plusbosskelézautr’ lui répondirent.
- Hemmm … Bon, cett’nuit, on est ‘fin narrivé au cœur du domaine de ce seigneur, ce Tapdur. Et on a mis une ‘tite raclée à Dame Bibich’ comm’ d’hab’. Tapdur est entrain de névacuer en cacastroff’ et le plus drol’ Boss, c’est qu’il appell’ les zautr’ à la resistanss’ alors qu’il vid’ son domaine plus vit’ qu’un nain vid’rait une chopinn’ Skisnarch réfléchit une seconde et rajouta : Je crois qu’c’est qu’ils zapell’ un messaj’ de « propre-à-gang ». On n’incit’ les zautr’ à s’battr’ et on s’en lav’ les mains, c’est ça que ça veut dire je crois bien…

Skisnarch observa son Boss assis sur une pierre, les yeux perdus dans les braises du feu de camps, une tasse dans une main, une assiette en fer blanc dans l’autre, seule sa mâchoire, montant et descendant, attestait qu’il ne s’agissait pas d’un orc empaillé.

- Bref… Je continue alors…. Boss Backmorda est enfin ‘rrivé pour portationner secours aux troupes de Boss Kalthor et Boss Tikili l’suit d’près. Maint’nant que l’seigneur Patrike est neutralisationné il nous faut ‘rracher les tripes de ce Seigneur Ederar et l’Orclandiish oriental s’ra sécourisé.
Pour toute approbation Wogard porta son quart en ferraille à ses lèvres et bu une longue rasade de tisane d’écorce.
Skisnarch soupira et poursuivit.
- Conformémentement à vos ordr’ d’hier soir, Boss Titise s’met en marchation pour commencer l’nettoyagement des terr’ de Dame Bibiche. Boss Farok recrute à donf’. Boss Myki occupe Tapdur du mieux qu’c’est possible et Boss Kalthor est déjà paré à s’défendr’. Que des super bonn’nouvell’ Boss, trouvez pas ???
Wogard se tourna vers son adjoint avec une tête à faire peur. Les traits tirés et, sous les yeux, des poches assez grandes pour y mettre un cerveau d’Elfe.
- Mrrrrhhhh …. T’as toujours pas r’trouvé mon plumard et ma tent’ tout confort ?
- Boss je vous ai déjà nexpliqué que l’convoi qui transbahutait votr’ pavillon d’campagn’ est tombé dans un embuscadement. Sur’ment Tapdur ou Bichette… J’crois pas qu’on retrouv’ra quequ’chose.
- Rhaaaaa ! Nalors j’dois dire adieux à mes plumm’ d’oie, ma reserv’ de pinard, mon peignoir d’soie, ma cuisinièrr’ cinq feux et mon fauteuils club en cuir de nain …. ? Wogard se leva jetant son quart et son assiette dans le feu. P’tain de guerre… P’tain d’ennemis et p’tain de matelas en paille… Et il repartit en grommelant dans sa tente.
- Et trouve moi kunkun pour me masser…
- Heuu.. oui Boss.. Voulez qu’on mett’ plus de paille dans vot’matelas… ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Mer 6 Mai - 10:35

Devant l’évolution du front, en constant mouvement, le Plusbosskelézautr’ avait ramenée son état major à la citadelle.
Les travaux n’étaient pas achevés mais les maçons et menuisiers avaient été remplacé par des archers et des guerriers.
On se battait partout sur la terre de ses aïeuls, et même ailleurs.
Pour une belle baston, c’était une belle baston. Les dieux devaient bien se marrer…

- V’là Boss ! C’était hier. Skisnarch venait d’arriver dans le bureau du Boss et lui tendait plusieurs vélins. Tous les rapports d’la soirée.
Sans lever les yeux de son bureau, couvert de missives, de rapports et de cartes, Wogard tendit la main et prit les documents. Il les parcourut d’un œil rapide.
Tous faisaient état d’un soulèvement général de la population non-orc en Orclandiish et sur son seuil.
L’ennemi avait conduit plusieurs opérations conjointes en armant la résistance. Les pertes étaient... astronomiques.

Mais pire que tout...
Amertume dans l’amertume, Jotaro son voisin et ami l’avait trahi.
Il avait foulé au pied leur amitié, remontant à la première guerre de l’Orclandiish.
Sa guilde, la confrérie du Héron, dont il était encore le chef à l’heure où Wogard lisait ces lignes, avait passé la frontière Nord de l’Orclandiish et s’était attaquée à ses troupes à lui.

Et ce sont les orcs que l’on traitait de parjure…

Quels étaient les premiers mots employés par Jotaro lors de leur rencontre initiale, fort tendue il est vrai ???
Ah oui… " Nous sommes des chevaliers observant un code de la guerre très strict. " Ou quelque chose de similaire…
Non c'était " Nous respectons certains principes de la chevalerie... "
Voilà, ses mots lui revenaient maintenant.
Mais peu importait, Wogard avait cru en ses mots.
Il esquissa un triste sourire. Bon il y avait eu des signes avant coureur de la part des Hérons, c’est vrai. Il n’avait tout simplement pas voulu y croire.

Tous volent au secours de la victoire maintenant.
Nul doute que pas un des ces cancrelats charognards n’auraient bougé, si le cours de la guerre eut été différent.
Il se tourna vers son adjoint.
- Bigmandall’ doit se régaler hein ? Quequ’ t’en penses ??
- Pour sur Boss. On lui avait promis d’la baston en échange de son aid’. Doit pas êtr’ déçu.
- Oui ça, y doit en avoir pour son pognon…

Wogard se leva et attrapa son casque.
- Allez on pass’ au braséro et on file bastonner quequ’ mort-qui-march’ ça te bott’ ?
- Sur que ça m’bott’ Boss. J’commenss’ à y prendre gout à la baston..
- HA HA HA dire qu’quand j’t’ai connu t’étais un rat de bibliothequ’…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silk

avatar

Nombre de messages : 746
Date d'inscription : 27/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Mer 6 Mai - 16:58

Silk était soucieux.

Les canards étaient pour certains partis vers une migration périlleuse.

Beaucoup de leurs hommes ne reviendraient pas.

Dans la salle des cartes du château, les messagers arrivaient régulièrement.
Souvent les premiers combats avaient lieux à 1 contre deux, et là la situation empirait.

Un troisième adversaire était apparu.
Mythrandyr, Gizaos, uriel....qui d'autre encore...sur ce front.
les convois de ravitaillement avaient du mal à arriver au forces d'intendance.
Les hommes marchaient à marche forcée vers leurs buts.

D'autres prenaient leurs vols vers le coeur de la bataille.
La guerre semblait prendre de l'ampleur, et aucune ile n'était à épargnée.

Puissent les dieux leurs être favorable.
La face du monde risquait de bien changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Ven 8 Mai - 12:50

Wogard venait de rentrer d’un nouvel entretien diplomatique.
Il pleuvait à torrent aujourd’hui.
Il semblait pleuvoir tristement partout d’ailleurs, songea-t-il amèrement.

Il se jeta précipitamment dans le hall de la forteresse encore en chantier.
Dehors son manteau huilé ne le protégeait plus guère de la hargne de cette pluie battante.
Il était de fort mauvaise humeur. Skisnarch n’avait pas était très clair dans son message, mais suffisamment pour que le Boss redoute le pire. A peine au sec, il lança sa lourde capote luisante au sol et couru, plus qu’il ne marcha, jusqu’à son bureau.

Skisnarch l’y attendait la mine grave et les vêtements trempés. Il se tenait devant la cheminée où crépitait un feu joyeux qui semblait ne lui apporter nul réconfort.
Wogard ne lui lâcha qu’un seul mot :
- Jotaro ?
Skisnarch répondit les yeux crépitant au moins autant que la flamme dans son dos.
- Oui, ce matin.
Wogard pris son bureau et le souleva pour le retourner contre le mur en hurlant un cri de rage.
- RAAAAAAHHHH ….. !!! PAR BIGMANDALL’ POURQUOI QUE J’Y ETAIS PAS A C’TTE BASTON ?? … POURQUOI QU’LES DIEUX Y ZAIMENT TANT JOUER AVEC NOUS ??? HEIN POURQUOI…. ? TU L’SAIS TOI ???

Skisnarch ne répondit rien. Il n’y avait rien à répondre.
Enfin si, il aurait bien demander à son Boss où il était justement, mais pas très judicieux ni pertinent dans le contexte actuel.

Il savait, parce qu’il était orc lui-même, que son Boss aurait voulu combattre à cette bataille, soit pour y vaincre, soit pour y mourir.
Parce que de toutes les armées qu’il avait à affronter, c’est celle-ci qui représentait vraiment un ennemi à abattre.
Mais même cette trahison n’était pas vraiment un problème d’ordre moral pour un orc.
Pour une belle baston on pouvait taper sur un pote, l’essentiel était le plaisir de se battre. Et si un ami se retournait contre vous, il n’y avait que deux façons de l’absoudre, le tuer ou mourir de sa main.
Dans les deux cas, cela s’achevait par une chouette distribution de baffes et de torgnolles.
En fait, en bon orc pur sucre, Wogard regrettait plus son absence à cette bataille que le retournement de Jotaro.

Sa brève colère passée, le Plusbosskelézautr’, fit un tour d’horizon de son bureau dévasté.
Il ricanna…
- Y nous faut les reserv’. Lanss l’appel de la hord’. La prochain’ baston, j’y serais.
Puis il leva les yeux au ciel. – Et toi Bigmandall’, ‘nstalle toi bien. T’as voulu du pestacle je vais t’en offrir du pestacle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Sam 9 Mai - 14:19

Une pluie sombre et grasse tombait sans discontinuer, noyant les paysages alentours.
Wogard se serait bien passé de cette douche glacée mais le chaman Tafokss, guide spirituel de la Waaagh lui avait demandé, séance tenante, de le rejoindre.
La hutte du vieux sorcier avait été installée, il y a peu, à l’extérieur de la grande cour de la forteresse. Trempé comme une barbe de nain le jour de la fête de la bière (ou comme les collants d’un elfe, le même jour), le Plusbosskelézautr’ pesta intérieurement contre le vieux débris chamanique qui avait certainement fait exprès de s’installer si loin, et qui n’avait pas manqué d’attendre que la pluie s’intensifie pour le faire mander.

Sans ménagement, il écarta les peaux de bêtes à l’entrée de la hutte et s’y engouffra.
Comme d’habitude l’obscurité régnait à l’intérieur. Une forte odeur de fumée piquante assaillait les narines dès que l’on y pénétrait. Wogard connaissait par habitude la place qu’occupait Tafokss dans sa hutte.
Il y porta son regard et attendit que ses yeux, s’habituant à la pénombre, lui permettent de discerner le foyer rougeoyant de sa pipe. D’habitude son faible chuintement lui confirmait la présence du vieux prêtre orc à sa place, mais le martellement de la pluie sur les peaux goudronnées de la hutte était presque assourdissant.

- Me v’là vieux singe. K’ess il y a .. ?
- Toi pas trop affecté par destruction du braséro des dieux.

Wogard gloussa dans son for intérieur : Tiens il ne ricane pas aujourd’hui ? Il a pas du honorer Schlika Schlika hier soir…
- Pourquoi que j’devrais m’inquiétassioner d’la destruction d’ce machin inutill’ ?? Depuis qu’mes gars l’ont bâti, sur tes ordr’, la guerr’ va d’travers.
- Toi pas être prudent, toi pas parler comme ça Wogard.
- Oh arret’ donc avec tes menass’ de châtiment divin. Tu m’fatigg’
- Les Dieux donnent facilement, mais eux reprendre encore plus vite.
- Mais quoiqu’y zont fait tes foutus dieux pour nos zautr’ hein ? K’est c’qu’ils pourraient m’retirer Hein ?
- Toi oublier que toi être Plusbosskelézautr’ que par volonté des Dieux. Toi devoirs respect et obéissance au Triorc.
- Et toi t’oublies qu’j’ai vu nos dieux, j’ai vu l’Triorc ! T’oublies que j’ai festoyé avec Groumph, qu’j’ai copulé avec Schlika schlika et qu’j’ai bastonné avec Bigmandall’ !!!
J’les ai ‘pproché bien plus près qu’toi tu les verras jamais avec tout’ ta satanée herbkifairir. Et je vais t’dire un truc, moi quand j’becte avec un orc, que je fécond’ ses femelles et qu’on s’met des baffes, tout Dieu qu’il est, ben ça d’vient un pote.
Et j’ai pas d’ordr’ à recevoir d’un pote.
Ton braséro c’était qu’du bois et des flammes, et maint’nant c’est plus qu’de la cendr’.
Tu crois que mes orcs ont b’soin de ça pour se battr’. Tu crois qu’ils s’ront moins courageux après ça ?
Et mes Boss, et mes alliés, qui affront’ l’ennemi à 1 contr’ 10, tu crois qu’c’est leur foi, ou leur courajj’ qui les tient d’bout ?
Zont pas attendu après l’aid’ des Dieux pour s’jeter dans la baston !!
Ya qu’un chaman débil et presqu’ momifié pour croir’ encor’ qu’la valeur d’un guerrier s’juge à l’aune de sa foi dans les Dieux...

Le ton de sa voix devint plus sourd quand il rajouta :
- Un guerrier il a foi qu’en un truc...

Wogard sorti son arme et lui fit exécuter un ample mouvement circulaire.
-… Il a foi dans son acier. Acheva-t-il, alors que la tête du chaman finissait sa trajectoire dans les reliques divinatoires et que la pipe d’os roulait au sol.
Le Plusbosskelézautr’ leva une de ses bottes ferrées et écrasa la pipe cérémonielle sans efforts, d’un geste désinvolte. – T’en a plus b’soin pour causer avec eux.

Il resta un moment à regarder le corps sans vie du vieux prêtre orc. Puis il se dirigea vers la sortie.
D’un bras plein de colère il repoussa les peaux de bêtes masquant le jour pluvieux et sortit sous la flotte.
Il leva les yeux vers le ciel, les emplissant d'eau.
Il resta ainsi plusieurs secondes, puis il se dirigea vers la salle d’état major.
Une guerre l’attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wogard

avatar

Nombre de messages : 605
Age : 49
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 21/05/2008

Feuille de personnage
Level RP:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le vent se lève...   Lun 11 Mai - 22:29

La pluie avait cessé depuis quelques heures seulement, et une légère bise se levait pour commencer à nettoyer le ciel.
Les bivouacs, plantés devant le chantier de la forteresse, étaient tous désert.
Les enclos à sangliers étaient vides, la toile des tentes battait au vent léger sans que quiconque se soucia de les amarrer, les feux étaient froids depuis le matin et tous les râteliers étaient libres de leurs armes.
Les dernières forces de Wogard étaient parties tôt pour se masser plus à l’Est, attendre le fer de lance ennemi.

Le vieux Boss avait choisi une ligne de collines pour y déployer son infanterie à mi-hauteur.
Au dessous, les régiments d’archers étaient déployés à la roulante afin de dispenser une cadence optimum une fois que le tir tendu s’imposerait.
Puis disposées, masquées, sur les flancs, les unités de cavalerie lourde, de ouargues et de sangliers attendaient, pied à terre.
Les loups, plus légers et plus prompt à des actions éclairs, seraient disposés dans les bois alentours, pour fondre sur les flancs ennemis dès ceux-ci engagés par l’infanterie.

Le Plusbosskelézautr’ fixait la prairie qui s’étendait devant lui. Derrière sa silhouette massive, à plusieurs pas, se tenaient ses officiers.
L’ennemi allait arriver. Il savait que les troupes adverses étaient nombreuses à se précipiter vers sa Waaagh.
Skisnarch avait voulu lancer quelques éclaireurs, comme le bon sens tactique l’exigeait, mais Wogard lui avait dit que ce n’était pas nécessaire.
Peu importait la bannière qui arriverait.
De toute façon il faudrait se battre.
Et c’est encore ce qu’un orc savait faire de mieux, quelque soit l’uniforme d’en face.

Il avait faim soudainement. Il fit signe à Skisnarch d’approcher.
- Ouai Boss ?
- Y t’rest’ de c’jambon d’Akim et d’ce pinard de Grikim ?

Skisnarch sourit et retourna auprès d’Ingalah sa louve des landes du nord. Il fouilla dans une des fontes accrochée à la selle de la bête. Il en sorti un paquet enveloppé d’un torchon et une bouteille, et revint.
- Z’avez la dalle Boss ?
- Ouaip, un ‘tit creux.

Skisnarch tailla deux belles tranches dans le jambon, qu’il tendit à son Boss, tandis que ce dernier remplissait deux hanaps de ce vin âpre et fort que son adjoint semblait apprécier.

Tout en grignotant Wogard tendit le bras à l’horizon. Il devait plisser les yeux tant la lumière diffusée par la couche de nuages, gris et clairs, faisait mal aux yeux.
- Tu vois Skisnarch, tout’cett’ terre ? Ben elle respir’ l’orquitud’. Nos aïeuls y ont bastonné d’puis des milliers d’années. N’import’où qu’tu creuz’ t’es sur d’tomber sur une dépouill’ d’orc. Null’ part sur Nawak’ une terr’ n’a connu plus de bastons que ce p’tit morceau d’Takim. Depuis des millénairr’ des armées titanesq’ ont pataugé dans sa boue et son sang.
- Ouai Boss, je vois…
- Non fils, tu vois que dall’.
Wogard marqua un temps d’arrêt, puis reprit. Tu sais, les orcs n’ont rien à foutr’ d’une terre à eux. Tu t’vois derrièr’ une putain d’charrue, ‘vec un putain d’chapeau de paill’ ??
Skisnarch se tourna vers son Boss, l’air perplexe.
- J’pige pas là, Boss…
- L’Orclandiish, c’est pas la terre, ça l’a jamais été. L’Orclandiish c’est la baston sans fin, c’est la sempiternell’ bataille, c’est le foutach’ sur la gueul’ de l’autre, pour l’éternité. L’Orclandiish, c’est l’temple consacré d’Bigmandall’.

Le jeune bras droit resta immobile son hanap suspendu à quelques centimètres de ses lèvres. Wogard continua.
- J’ai mis trop d’temps à piger tout ça. C’est à la minut’ où j’ai soulagé Tafokss d’sa tête que j’ai compris.
- Zavez compris Quoi Boss ?
- J’ai compris que l’Orclandiish sera jamais zaux zorcs.

Il croisa le regard incrédule de son fidèle second et, amusé, il rajouta en guise d’explication.
- Parc’qu’à la minut’ où qu’les zorc, ils s’arrêteront d’le conquérir pour s’y ‘nstaller, s’seront plus des orcs.

BOOOAAAAAOOHHHHHHHHHOHOHOHO !!!

Skisnarch n’eu pas le loisir de disséquer les derniers mots du Plusbosskelézautr’. La trompe de mise-en-garde venait d’annoncer les premiers signes d’activités ennemis.

- C’est l’signal Boss. L’Boss Myki à du engager l’enn’mi.
Wogard posa une tape affectueuse sur l’épaule de son adjoint.
- Ouais, j’sais ! Fill’ avec tes loups. T’as juste l’temps de t’mettre en plass’ !
- Boss… Je… Prenez soin d’vous.

- Approch’. Le vieux Boss ouvrit grands ses bras. Skisnarch s’avança et lui rendit son accolade. Ils se tapèrent bruyamment dans le dos durant quelques secondes, chacun le menton posé sur l’épaule de l’autre. T’inquiett’ pas fils.

Ils s’écartèrent, et aussitôt Wogard se détourna de son fidèle second.
Il aboyait déjà des ordres à ses capitaines alors que Skisnarch se dirigeait vers sa louve.

Les premiers oriflammes se découpaient sur le relief d’en face.

Wogard monta sur Groindacier, le sanglier vicieux qui lui servait de monture de guerre.
Il regarda vers le ciel d’un air inspiré.
Rajusta la jugulaire de son casque de bronze.
Il sourit en se plaçant face à ses troupes.

Se dressant sur ses étriers, levant son bras prolongé par la lame de son arme, il commença à rugir un puissant WAAAAAAAGH !!!!

Puis un autre WAAAAAAAGH !!!!
Et encore un autre WAAAAAAAGH !!!!
Chacun de ses cris étaient repris par des milliers de gorges galvanisées et des milliers de bras levés.
WAAAAAAAGH !!!!
Comme le ressac de la mer un jour de fin de tempête,
WAAAAAAAGH !!!!
le bruit explosait par saccades dans le paysage.
WAAAAAAAGH !!!!
Un roulement de tambour courant sur le sol.
WAAAAAAAGH !!!!
Une bête soufflant par ses naseaux avant de charger.
WAAAAAAAGH !!!!

Les troupes adverses marquèrent un temps d’arrêt devant ce sourd battement de cœur semblant venir de la terre elle-même.
WAAAAAAAGH !!!!
L’Orclandiish s’éveillait comme avant chaque bataille.
WAAAAAAAGH !!!!
Comme avant chaque baston l’Orclandiish respirait bruyamment avant de s’abreuver du sang des guerriers venu tomber pour lui.
WAAAAAAAAAAAAAAGH !!!!





La bataille avait duré plusieurs heures
Les cris de rage et le fracas des armes n’étaient plus.
Désormais l’insupportable mélopée des agonisants couvrait l’air comme les innombrables cadavres couvraient le sol.

Un groupe de novices chamans parcourait la plaine macabre.
Ils allaient de cadavres en cadavres, ne s’intéressant qu’à ceux des orcs. Les novices étaient nombreux.
Et arpenter les charniers issus de la folie des mortels ne les rebutait plus depuis longtemps. Ainsi, leurs pieds et le bas de leur toge trempés de sang, les mains puant la charogne, ils allaient de corps en corps identifiant les officiers ou les couleurs d’un régiment. Ils avaient tous le signalement du Plusbosskelézautr’ et tous espéraient le retrouver.

Le corps de son adjoint, Skisnarch, avait été découvert plus bas sur les rives d’un ruisseau dont le nom n’intéressait personne.
La louverie de la Waaagh avait affronté à cet endroit un fort contingent de fantassins ennemis.
Les monteurs de loups avaient mené la vie dure aux troupes adverses. Mais plusieurs lances de chevaliers étaient arrivées en renfort, fauchant les loups et leur cavaliers empêtrés au corps à corps et n’ayant plus l’avantage de la charge ni du nombre.

Le jeune érudit ayant servi de bras droit au Boss de la Waaagh, gisait sous sa louve, Ungalah. Une bête splendide, au pelage feu et argent, issue des vastes steppes du nord.
Skisnarch avait le torse défoncé par une pointe de lance de cavalerie lourde. La mort l’avait fauché instantanément alors qu’il exhortait ses orcs à honorer Bigmadall’. Il tenait encore à la main la hampe de la bannière de son unité.

Le Boss Farok en personne avait rejoint le site de la bataille. Il tentait d’orienter les recherches. Il parcourait ce champ à la sinistre moisson, depuis plusieurs heures déjà.
Méthodique il prenait la peine de s’arrêter à chaque fois qu’un gonfanon ou qu’un étendard était découvert.
Il fini par arriver près d’un bosquet composé de quelques arbres rabougris.
De nombreuses carcasses de sangliers jonchaient le sol, entremêlées de divers cadavres humanoïdes. Presque toutes les dépouilles peaux vertes étaient des Huruk Hai de la garde prétorienne du Plusbosskelézautr’, et de nombreux trolls gisaient aussi dans le secteur.
D’après le tableau qui se dessinait à lui, Farok supposa que Wogard et sa garde avait dû former un dernier carré autour de ces bois.
Aucun doute qu’ils se savaient condamnés, car comme le veut la tradition, ils avaient tous retiré leur armure pour cette dernière baston.
Ils avaient affrontés les assauts ennemis, le torse nu et l’esprit grisé pas cette ultime bataille.

Un novice s’écria : - Il est là. Il est là. Il respire encore…
Avant que le Boss Farok n’arrive à Wogard une nuée de novices le cachait déjà à son regard fatigué.
- Barré vou d’là où je vou zarrach’ la tete. Hurla-t-il pour se ménager un chemin.
Tous s’écartèrent vivement. Farok n’avait pas la réputation d’être un tendre en situation normale, alors avec des menaces…

L’instant d’après il s’asseyait à coté du Boss de la Waaagh. Il semblait respirer faiblement et était trempé de sueur et de sang noir. Il avait une vilaine entaille au dessus du nombril et une autre sur l’épaule.

Farok l’aida à se redresser un peu et l’appuya sur son torse…
Il ne dit rien quand ses paupières s’animèrent faiblement et qu’il ouvrit les yeux, simples fentes sombres et humides.
Puis à leur tour ses lèvres se mirent à bouger, mais seul un souffle inaudible et haché en sorti.
Farok pencha sa tête pour essayer de comprendre.
Il leva son bras d’un geste impérieux et brutal, pour signifier le silence à la horde de novices massée autour d’eux.
Il approcha son oreille du plus près qu’il pût de la bouche de son chef et ami.

Quelques secondes passèrent et Farok acquiesça de la tête.

Il se redressa, fouilla à la ceinture du Plusbosskelézautr’ et en tira une petite bourse d’étoffe épaisse.
Il l’ouvrit, en dégagea une canine de loups pendu à un lacet de cuir et la glissa dans la main du mourant.

Wogard eut la force de fermer son poing et de le ramener sur sa poitrine.

A cet instant tous levèrent la tête alors que le vent soufflait le son d’une lointaine bataille parsemé de bruits de mastication et de soupirs bestiaux.


Le Plusbosskelézautr’ n’était plus.





Il était tard et on continuait encore d’entasser les cadavres sur des charrettes.
Farok déjà en selle, s’apprêtait à repartir pour mener ses batailles, encore nombreuses.
Le recteur des novices s’approcha de lui.
- Vous m’avez d’mandé Boss ?
- Ouais, le Boss Wogard a u une derniair’ volonté. Il veu qu’on dérassin’ tous les cipré bleu d’la région et quon en fasse son buché funérair’.
- Tous les cyprès bleus d’Orclandiish, Boss ? Mais ça’a pas d’sens…
- T’okup’. Sa doit en avoir un pour kelk’un. Fais le
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vent se lève...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le vent se lève...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Machine à vent
» Les carnets de l'élève Mimile.
» vente d'instruments à vent pour BF
» Les désarrois de l'élève Törless de Volker Schlôndorf.
» Johann Nepomuk Wendt (ou Jan Vent)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nawakim - Forum Officiel :: Role Play :: Contes et légendes :: Aventure épique-
Sauter vers: